Février 2012    Imprimer cet article

Les levés géologiques du Bureau de l'exploration géologique du Québec : impacts sur la connaissance géologique et le potentiel minéral du Québec

Les levés géologiques 2011-2012 du Bureau de l’exploration géologique du Québec (BEGQ) ont permis d’améliorer grandement la connaissance géologique du Québec. Ces travaux ont notamment permis de trouver de nouvelles unités géologiques propices à l’exploration minière, de prolonger des unités existantes et de mieux comprendre leur géométrie tridimensionnelle. Ils ont aussi conduit à l’identification de nouvelles cibles d’exploration régionales, locales et ponctuelles (PRO 2011-06) (Format PDF, 4,10 Mo).

À titre d’exemples, nous vous présentons trois projets qui ont eu un impact sur la connaissance géologique et le potentiel minéral du Nord du Québec.

Cartographie de la région de Kuujjuaq

Isabelle Lafrance

Dans le but de compléter la couverture géologique à l’échelle de 1/250 000 de la zone noyau de la Province de Churchill, des travaux de cartographie ont été entrepris à l’été 2011. Ils couvrent les feuillets SNRC 24J et 24K qui bordent le sud de la baie d’Ungava.

Ces travaux ont permis la mise au jour de plusieurs cibles d’intérêts pour les compagnies minières. Les résultats d’analyses obtenus ont permis de repérer cinq nouveaux indices dans la région cartographiée. Les contextes de ces indices sont variés :

Un nouvel indice d’uranium, Urani 22 (1 205 ppm U, 332 ppm Y et 649 ppm ÉTR), a aussi été découvert à l’extérieur de la région cartographiée (SNRC 24F16) à la suite de la vérification d’une anomalie radiométrique observée sur le levé géophysique aéroporté du Ministère effectué durant la même période. Cette découverte a conduit au jalonnement de 144 nouveaux claims lors de la présentation des travaux à Québec Exploration 2011.

Les travaux de cartographie de la zone noyau se poursuivront en 2012 dans un territoire plus au sud qui couvrira le feuillet 24G et la partie est du feuillet 24F.

Projet Baie-James 2011 : secteur du lac Nochet

Daniel Bandyayera, Jean Goutier et Pénélope Burniaux


Dans le cadre du projet Baie-James, un levé géologique à l’échelle de 1/50 000 a couvert quatre feuillets SNRC dans la région des lacs de la Corvette (33G/08), Semonville (33H/05), Nochet (33H12) et Tilly (33H/13), entre les réservoirs La Grande 3 et La Grande 4.

Le principal objectif de ce projet est la mise en valeur de ce secteur mal connu dont la cartographie régionale remonte aux années 1950 et 1970. La corrélation avec la géologie récente de la région du lac Guyer (Goutier et al., 2000; Bandyayera et al., 2010) permet de mieux circonscrire les unités volcano-sédimentaires du Groupe de Guyer, ainsi que la limite entre les sous-provinces d’Opinaca et de La Grande qui est en soi une cible d’exploration aurifère importante.

Les principaux arguments à la base du choix de ce secteur sont :

Cette région est connue pour ses minéralisations aurifères associées aux formations de fer (indices Eade et Orfée, par exemple). Au nord, des minéralisations de type porphyre Cu-Mo sont présentes et la plus importante d’entres elles est le gîte Tilly. Au sud, plusieurs indices de minéralisations aurifères et polymétalliques ont également été observés dans la zone de contact entre les sous-provinces d’Opinaca et de La Grande. L’indice le plus connu est le gîte aurifère Corvet Est.

Le nouveau levé géologique a été réalisé grâce à une équipe de sept géologues et de huit assistants qui s’est principalement déplacée en hélicoptère. C’est 2 852 affleurements qui ont été cartographiés et 386 nouvelles analyses géochimiques qui ont été réalisées.

Les nouveaux levés géologiques et géophysiques ont permis de mettre à jour la cartographie régionale. Le secteur du lac Nochet est formé de roches volcano-sédimentaires et plutoniques archéennes, de bassins sédimentaires paléoprotéozoïques (formation de Sakami), coupés par des essaims de dykes de gabbro, archéens et protérozoïques. Les principaux résultats découlant de ces travaux sont :

Sur 17 échantillons prélevés sur ces intrusions, 3 analyses ont révélé des teneurs indicielles ou anomales de 1 g/t Pd et de 3 g/t Au (1 analyse), 226 ppb Pd et 206 ppb Au (1 analyse) et de 25 % Cr2O3 (1 analyse).

Révision géologique de la région de Matagami

Pierre Pilote, Julie-Anaïs Debreil, Kenneth Williamson, Pierre Lacoste et Olivier Rabeau

La campagne de terrain 2011 constitue la phase finale du projet Matagami, amorcé en 2008. Ce projet multidisciplinaire aborde la compréhension géologique et métallogénique de ce camp minier (production de 1960 à 2004 : 4,6 Mt de Zn; 0,494 Mt de Cu). Les travaux de révision géologique de l’été 2011, à l’échelle de 1/20 000, ont couvert la moitié sud du feuillet SNRC 32F13, la moitié nord de 32F12 et les parties NE et SE de 32E09 et 32E16 respectivement (figure 1).

Ces régions représentent l’ensemble du camp minier. Un modèle géométrique 3D de la région a également été réalisé, pour mieux comprendre et prévoir certaines extensions d’unités stratigraphiques particulières, les éléments structuraux (plis et failles) et la distribution des minéralisations de type SMV. Ce projet s’intègre dans un partenariat plus vaste comprenant le MRNF, des chercheurs et étudiants de l’INRS-ETE, de l’UQAC et de l’École Polytechnique de Montréal ainsi que de sociétés minières (Xstrata Zinc, Donner Metals et SOQUEM).

Cliquez sur les images pour un agrandissement

 

 

 

 



Figure 1 : Géologie simplifiée de la région de Matagami (Pilote et al., 2011)


Figure 2 : Modèle géologique 3D du camp minier de Matagami illustrant la position et les différences de style structural entre les Domaines Nord et Sud. Le contact entre ces deux domaines est indiqué par la ligne rouge. Le Domaine Nord se caractérise par la présence de nombreuses zones de déformation d'orientation (070° à E-O, à fort pendage vers les nord. Le Domaine Sud présente un taux de déformation plutôt modéré et la superposition de deux phases de plissement (une phase P1) orientée NNO et une phase P2 E-O, produisant une géométrie en dômes et bassins.

La région cartographiée appartient majoritairement à la Sous-province d’Abitibi. Elle contient des roches volcaniques et plutoniques variées, le Complexe de la rivière Bell (CRB - une vaste intrusion ultramafique à mafique, litée, subconcordante âgée de 2 724,6 ± 2,5 Ma) et une étroite bande de roches sédimentaires (le Groupe de Matagami, <2 700 Ma) en contact de faille avec la Sous-province d’Opatica au nord et des volcanites au sud. Ces lithologies sont recoupées par des dykes de gabbro d’âge protérozoïque. Deux groupes volcaniques sont présents : le Groupe du lac Watson (GWat, 2 725 à 2 723 ± 2 Ma), lequel est surmonté par le Groupe de Wabassee (GWab). Le GWat est composé essentiellement de rhyolite, de rhyodacite et de dacite. Ce groupe renferme la majorité des gisements de sulfures massifs volcanogènes du camp. La tuffite clé, située au-dessus des rhyolites du GWat, représente un important niveau repère pour les minéralisations de SMV du camp minier. Le GWat est recoupé par le CRB. Le Groupe de Wabassee est dominé par des andésites et des basaltes coussinés, massifs ou bréchiques. Ce groupe renferme la Formation de la rivière Allard (affinité transitionnelle à tholéiitique), la Formation de la rivière Bell (affinité tholéiitique) et la Formation de Daniel (affinité calco-alcaline).

Historiquement, différents secteurs géographiques ont été définis dans cette vaste région : soit le Flanc Sud, le Flanc Nord, le Camp Central et le Camp Ouest. Nos travaux nous amènent à proposer une nouvelle subdivision en Domaine Nord et en Domaine Sud, la démarcation entre ces deux domaines étant illustrée par des zones de cisaillement orientées 070°, nommées « rivière Allard », « rivière Waswanipi » et « lac Matagami ». Il s’agit de cisaillements inverses senestres pouvant atteindre de 50 à plus de 100 m d’épaisseur, à pendage nord abrupt et à linéation d’étirement à forte plongée vers l’est. Le Domaine Sud se composerait ainsi des Flancs Nord et Sud historiques, du Camp Central et du Camp Ouest. Nos travaux démontrent, comme plusieurs chercheurs l’avaient suggéré antérieurement, que le Flanc Sud, le Camp Central et le Camp Ouest partagent une même stratigraphie, orientée NO-SE avec un pendage faible à quasi subhorizontal, développée de façon relativement cohérente et prédictive. Toutefois, notre cartographie montre en plus que le Flanc Sud et les Camps Central et Ouest sont affectés par un léger clivage S1 et par trois axes de plis P1 importants (deux synclinaux et un large anticlinal), également orientés NO-SE. Une schistosité S2 orientée E-O à ESE recoupe le clivage S1. En ce qui concerne le Flanc Nord, la stratification est orientée 110° avec un pendage et une polarité générale vers le nord. Une schistosité S2 d’orientation 090° à 110° affecte la surface S0 et génère localement des plis P2. Des cisaillements également orientés 110° semblent répéter et/ou tronquer certaines portions de l’empilement volcanique et du CRB. La géométrie résultant de la juxtaposition des Domaines Nord et Sud remet en question l’existence de l’Anticlinal de Galinée et a de profondes conséquences sur le potentiel en SMV des différents secteurs décrits plus tôt.

Envoyer cet article
Numéros précédents | Questions et commentaires


© Gouvernement du Québec, 2012